Un piano en automne
29 septembre 2013

Photo of Festival Pontiac Enchanté

Ateliers de maître avec Carson Becke
10h – 13h
Entrée libre

Une assez nouvelle addition au Festival Pontiac Enchanté, les ateliers de maître ont vu le jour l’été dernier avec Hinrich Alpers (piano) et Connie Deacon (violon) et ont été repris en juillet dernier avec Nathaniel Anderson-Frank (violon) et Ella Rundle (violoncelle). Chaque étudiant a une leçon de 45 minutes devant un public captif. Le choix de répertoire est gratuit et peut comprendre plus d’une composition.

Si l’atelier vous intéresse, veuillez communiquer avec Carson Becke pour de plus amples renseignements.

Un déjeuner d'automne
13h – 14h30

Le service de traiteur Demeter Catering sera sur place dès 13h. Réservez par téléphone en commandant vos billets.

Récital de Carson Becke
14h30
25 $

PROGRAMME

Joseph Haydn

Sonate en Mi bemol, Hob.XVI :49

Johannes Brahms

Thème et Variations, op.18a

Ludwig van Beethoven

Sonate en Do, op. 53 « Waldstein »

Franz Liszt

Funérailles

Richard Strauss

Sonate en Si mineur, op. 5

 

Carson Becke, Piano

Le récital de cet après-midi juxtapose trois sonates bien contrastantes de Haydn, Beethoven et Strauss et deux pièces d’un seul mouvement de Liszt et Brahms. Il existe d’importants parallèles entre ces trois compositeurs de sonate; Haydn fut le principal maître de Beethoven en composition et Beethoven, qui a eu une influence énorme sur tous les compositeurs allemands qui l’ont suivi, était l’une des grandes idoles de Strauss. Le premier mouvement de sa sonate présente un motif rythmique identique à celui de l’inoubliable cinquième symphonie de Beethoven.

Brahms et Liszt, qui furent aussi fort influencés par Beethoven, étaient vraiment aux extrêmes du spectre musical. La première symphonie de Brahms a même été appelée la 10e de Beethoven à la soirée de première étant donné ses nombreuses similarités avec les symphonies de Beethoven.

Czerny, qui a enseigné à Liszt, avait aussi étudié avec Beethoven. Liszt a rencontré Beethoven très jeune et a fait honneur à sa musique tout au long de sa carrière. Mais contrairement à Brahms qui a repris le style traditionnel de composition, Liszt a rompu avec la tradition en expérimentant avec la musique non tonale et en poussant à l’extrême l’écriture pour piano.